Résumé du livre « Money-smart kids » – Dernière partie

Diplome education financière

Que faire quand un enfant n’arrive pas à épargner ?

Enfant avec les poches vides

Avant toute chose, il va falloir trouver la cause de ce problème. Inutile de paniquer ni de traiter son enfant d’irresponsable, cela n’arrangera pas les choses.

Selon Gail Vaz-Oxlade, il peut y avoir 3 raisons au fait que son enfant ne parvient pas à économiser :

  • Il ou elle a trop de dépenses ➤ Il faut l’aider à réévaluer ses dépenses.
  • Il ou elle ne reçoit pas assez d’argent de poche pour répondre à ses besoins ➤ Il faut revoir le montant de son argent de poche en fonction.
  • Il ou elle dépense sans compter ➤ Il faut l’encourager à tenir un cahier de dépenses pour comprendre où part son argent et quelles sont les priorités absolues (par ex: la facture de l’abonnement de téléphone passe avant la nouvelle paire de chaussures).

Motiver son enfant à épargner

L’épargne permet aux enfants de développer le sens de la discipline ainsi qu’un sentiment de sécurité et de maîtrise de son argent. Voir son pécule augmenter au fur et à mesure est extrêmement gratifiant.

Pourtant, certains enfants ont besoin d’un coup de pouce pour les encourager à économiser. Gail Vaz-Oxlade suggère alors de faire ce qu’elle appelle “le programme de correspondance d’épargne”.

jeune fille qui met de l'argent dans sa tirelire

Il s’agit d’encourager son enfant à épargner, sur une période de temps prédéfinie, en lui proposant de lui donner la somme équivalente à son épargne à la fin de cette période. Par exemple, si votre enfant réussit à économiser 60€ en deux mois, vous lui promettez de lui donner 60€ de votre poche en plus.

L’idée est de motiver votre enfant à économiser. A vous de voir la façon dont vous allez “correspondre” à son épargne. Un autre exemple : si votre enfant arrive à économiser pour un séjour à l’étranger, vous pouvez lui proposer d’apporter votre contribution en payant le bille de train ou d’avion. Dans tous les cas, il importe que votre enfant ait un but et qu’il économise en ce sens.

Les enfants qui économisent trop

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un enfant qui ne dépense rien du tout et garde tout son argent de poche intact est aussi problématique qu’un enfant qui dépense trop. En effet, s’il ne dépense jamais, il n’aura pas la possibilité d’apprendre de ses erreurs et de mieux dépenser la prochaine fois. Il est important que l’enfant comprenne que l’argent est fait pour être dépensé ET économisé (pas l’un OU l’autre).

Pot plein de billets

Gail Vaz-Oxlade raconte son expérience personnelle avec son fils Malcom qui ne dépensait pas un centime de son argent de poche. Après une petite conversation avec lui, elle se rendit compte qu’il n’avait en fait aucun besoin d’argent de poche et arrêta donc de lui en donner. Mais elle lui dit que dès qu’il ressentirait le besoin d’avoir de l’argent, il n’aurait qu’à venir la consulter.

Au bout de quelque temps, il vint la voir car il souhaitait s’acheter un jeu pour sa console et elle recommença à lui en donner. A partir de ce moment-là, tout fonctionna normalement.
Parfois un enfant n’est simplement pas prêt et il faut juste attendre le bon moment.

Chapitre 5 : Dépenses

Les enfants ont peu de vrais besoins et leur argent de poche va être essentiellement dépensé en désirs. Il convient donc de leur expliquer très tôt la différence entre un besoin et un désir. On prend sinon le risque qu’ils deviennent des consommateurs éperdus qui veulent tout, tout de suite, et qui s’endetteront inexorablement.

Notre propre façon de consommer va évidemment influencer nos enfants, qui ont toujours tendance à nous imiter. A nous donc de commencer par avoir de bonnes habitudes de consommation.

Enseigner la valeur relative

Argent et temps

La valeur relative, c’est la relation entre le coût d’un article et ce que vous devez faire pour pouvoir le payer. C’est une leçon essentielle à enseigner. Gail Vaz-Oxlade conseille de l’expliquer en prenant un exemple concret qui touche directement notre enfant pour que ce soit plus parlant.

Par exemple, imaginons que notre enfant a un job d’été et qu’il tond la pelouse des voisins pour 25$ la pelouse. S’il en tond 5 par semaine, cela lui fait 125$ par semaine. Imaginons maintenant qu’il souhaite s’acheter un ordinateur à 1700$. On peut réaliser deux calculs :

  • Combien de pelouses devra t-il tondre pour pouvoir se payer l’ordinateur ? 1700 ÷ 25 = 68.
  • Combien de semaines devra t-il travailler pour pouvoir se payer l’ordinateur ? 1700 ÷ 125 = 13,6.

Faire ces calculs avec son enfant lui permet de comprendre concrètement ce que cela représente.

Il convient ensuite de montrer ses propres finances personnelles à son enfant. Donc finis les tabous, on met carte sur table et on explique ouvertement combien on gagne par mois, quelles sont nos dépenses fixes et combien il nous reste à la fin du mois. Si on veut être crédible en tant qu’enseignant financier face à nos enfants, il faut leur montrer comment on gère nous-mêmes nos propres finances.

Devenir un consommateur averti

Marketing

Nous sommes inondés par la publicité (télé, radio, panneaux…) et il est difficile d’y échapper. Il va donc falloir éduquer nos enfants pour qu’ils ne deviennent pas des victimes du marketing.

Les enfants, et surtout les ados, ont le sentiment qu’il faut avoir tel look, telle coiffure ou tel appareil hi-tech pour être cool et être aimé de ses semblables. A nous de leur expliquer que tout cela n’est qu’une machine à consommation et que ce qui compte par-dessus tout, c’est l’estime de soi.

Concrètement, voici quelques idées proposées par Gail Vaz-Oxlade :

  • Faire des blind-taste de produits alimentaires pour comparer la marque connue et la marque 1er prix.
  • Célébrer des jours « zéro conso« .
  • Expliquer à quel point on est tentés d’acheter des choses dont on n’a pas besoin. Faire participer les enfants à la conversation.
  • Faire ses courses avec une liste et n’acheter que ce qui est noté sur la liste.
  • Expliquer que le plus important est de vivre des expériences ensemble et pas d’accumuler des objets.
  • Ne pas compenser notre absence auprès de nos enfants (à cause du travail par ex) par l’achat de cadeaux.

Conclusion

Les enfants n’apprennent pas en un jour : patience ! Il leur a également fallu du temps pour apprendre à marcher, manger, parler, lire… Laissez-leur le temps d’assimiler vos leçons financières et ne perdez pas espoir.

Tirelire et coeur

Si vous êtes en couple, essayez autant que possible de délivrer des messages équivalents sur l’argent. Un enfant qui voit par exemple sa mère dépenser sans compter et son père être avare sur tout reçoit des messages contradictoires qui le perturbent. Chacun a bien sûr son style, mais une ligne directrice commune est nécessaire. Mettez-vous d’accord, prenez le temps d’en discuter ensemble.

Voici finalement les 10 règles que l’auteure suggère de suivre pour une bonne éducation (financière ou pas d’ailleurs) de ses enfants :

  1. Souvenez-vous que votre enfant vous observe.
    Ce que vous faites aura toujours plus de poids que ce que vous dites.
  2. Les bonnes habitudes se prennent aussi vite que les mauvaises.
    Ayez de bonnes habitudes vous-même si vous voulez que vos enfants en aient aussi.
  3. Expliquez tout ce que vous faites.
    Ou du moins le maximum de choses. Car si vous n’expliquez pas à votre enfant ce qui se passe quand vous sortez du liquide du distributeur, votre enfant pensera : « Cool, le distributeur distribue de l’argent comme ça ! »
  4. On récolte ce que l’on sème
    Si vous mentez à vos enfants, ne vous attendez pas ensuite à ce qu’ils vous disent la vérité… ➤ Voir règle n°1
  5. Faites et dites les choses simplement
    Si c’est trop compliqué, ils ne retiendront rien.
  6. N’en faites pas trop
    Laissez-leur le temps d’assimiler chaque leçon, ne donnez pas trop d’infos à la fois.
  7. Préparez vos enfants
    Expliquez-leur de quoi vous allez parler avant de commencer la leçon proprement dite. Ils la retiendront mieux.
  8. Soyez vous-même préparé
    Ayez par exemple la monnaie nécessaire lorsque vous distribuez l’argent de poche qui va être divisé en plusieurs caisses.
  9. La routine est votre amie
    Soyez conséquent, donnez l’argent de poche toujours le même jour, ne changez pas constamment les règles du jeu sinon vos enfants voudront aussi les changer.
  10. Sachez lâcher-prise quand c’est nécessaire
    Ne vous braquez pas systématiquement par principe. Ayez la flexibilité et l’ouverture d’esprit nécessaire pour jauger chaque situation et faire au mieux selon les circonstances.

Tant que votre message reste cohérent, que vous aimez profondément vos enfants et que vous gardez toujours en tête leur propre intérêt, vous ferez toujours ce qu’il faut. Et n’oubliez pas que les leçons apprises dans la bonne humeur se retiennent bien mieux ! 😃

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :-)

Share

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.